Languages : Français | English | Русский

 

Ассоциация « Зачарованные Исследователи : Французское Общество Владимир Набоков » возниклa весной 2011ого года, после коллоквиума Калейдоскопик Набоков, в котором в октябре 2008ого года в Университете Марка Блоха в Страсбурге, впервые собрались французские и франкоговорящие специалисты творчества Владимира Набокова, операющихся на английские, русские и компаративистские исследования. Успех этой встречи привёл к созданию этого общества, которое смогло бы поддержать и представить в выгодном свете богатство и жизненность проведённого во Франции и за границей исследования. Теперь это общество, расположенное в Страсбургском университете, принимает в свои ряды многих выдающихся деятелей : преподавателей среднего и высшего образования, студентов, самосостоятельных исследователей, артистов, писателей, увлечённых Набоковым переводчиков и читателей, живущих не только во Франции, но и за рубежом.

 

Состав следующий : Аньес Эдель-Руа (председатель), Ианник Шупен (заместитель председателя), Мари Буше (заместитель председателя / вебмастер), Михаил Федерспиель (заместитель председателя), Анн-Мари Лафон (секретарь), Софи Бернар Леже (заместитель секретаря), жюли Луазон-шарль (казначей), жоселин Вецель-пикар (заместитель казначея) и Морис Кутюрье, декан набоковских исследований во Франции – почётный председатель этого общества.

  • В своих уставах ассоциация поставила себе следующие цели :
  • изучать жизнь и творчество Владимира Набокова ;
  • укреплять сотрудничество между исследователями – специалистами Владимира Набокова, особенно с точки зрения междисциплинарных исследований (искусство, науки, переводоведение, сравнительная, русская, американская литература) ;
  • распространять научные произведения о Владимире Набокове членов этого общества и других международных исследователей ;
  • разрабатывать артистические проекты о Владимире Набокове ;
  • доводить сведения о жизни и творчестве Владимира Набокова до широкой публики.

В первую очередь, « Зачарованные Исследователи » потрудились над организацией международного коллоквиума, затрагивающего отношения, которые Набоков поддерживал с Францией. Этот коллоквиум состоияся в Париже с 30ого мая по 1ое июня 2013ого года. Его научная часть прошло в Высшей Педагогической Школе на улице Ульм. Но, чтобы довести до широкой общественности всю значимость этого события, тоже задействованы были другие партнёры и места, а в особенности ИПБ (информационная публичная библиотека) в Центре Помпиду, Фонд Сингер-Полиньяк и Парижская мэрия.

 

За любой справкой обращаться на английском языке к Софи Бернар Леже ( sophie.bernard-leger@vladimir-nabokov.org ??) и Ианник Шупен (yannicke.chupin@vladimir-nabokov.org) и) и на русском языке к Аньес Эдель-Руа (agnes.edelroy@vladimir-nabokov.org) и Анн-Мари Лафон (anne-marie.lafont@vladimir-nabokov.org

 

Languages : Français | English | Русский

 

« The Enchanted Researchers: French Vladimir Nabokov Society », was born in the spring of 2011, in the wake of a conference, Kaleidoscopic Nabokov, that had taken place at the Marc Bloch University of Strasbourg in October 2008 and had gathered together for the first time in France a gamut of French or French-speaking specialists of Nabokov’s work coming from either English, Russian or Comparatist areas of study. Encouraged by the success of this encounter, the community of researchers decided to found an organization that might readily support and broadcast the wealth and vitality of the research prompted by the writer’s œuvre within France and beyond. Presently based in the University of Strasbourg, our society hosts a colourful array of teachers and scholars, students, artists, writers, translators and passionate readers living in France and abroad.

Its Board is made up of Agnès Edel-Roy (president), Yannicke Chupin (vice-president), Michael Federspiel (vice-president), Marie Bouchet (vice-president and webmaster), Anne-Marie Lafont (secretary), Sophie Bernard-Léger (assistant secretary), Julie Loison-Charles (treasurer), and Jocelyne Wetzel-Picard (assistant treasurer). Maurice Couturier, France’s pioneering Nabokovian, acts as its honorary president.

The aims of our society as they appear in its founding by-laws are the following :

  • to promote the study and knowledge of the life and works of Vladimir Nabokov ;
  • to foster collaboration among researchers and specialists of Nabokov, notably from a transdisciplinary perspective, including the arts, sciences, translation, comparative, Russian and American literature studies ;
  • to contribute to the circulation of scholarly publications on Nabokov, both by its members and by international researchers ;
  • to develop artistic projects inspired by Nabokov ;
  • to make Nabokov’s life and work better known by the general public.

The Enchanted Researchers’ first major project was an International Conference focusing on the various aspects of Nabokov’s relationship with France. This conference was held in Paris from 30th May to 1st June 2013. Its scholarly part took place at Sorbonne University and at the Ecole Normale Supérieure, rue d’Ulm. However, to offer this cultural event a broader audience, we organized  the last day of the conference at the BPI (Public Information Library) at the Centre Georges Pompidou.

The International Conference was followed by was a Doctoral Conference held in May 2014 in Strasbourg (see « Manifestations« ).

Its next series of events will commemorate the sixtieth anniversary of the publication of Lolita, and will take place on September 24-25, 2015, in Paris. For more information, please consult our « Actualités ».

If you have any queries about our society and its activities, please get in touch with
Anne-Marie Lafont (for Russian): annemarie.lafont@vladimir-nabokov.org  or Sophie Bernard-Léger (for English) : sophie.bernard-leger@vladimir-nabokov.org.

Languages : Français | English


Lolita – “ American Landscape Sweeping Past as Seen Through a Car Window ”
By Michael Federspiel – m.federspiel@unistra.fr View his information page

 

Listen to his piece of music :

Michael Federspiel
This instrumental piece was written and recorded at the end of the year 2011, following and partly inspired by a third intensive reading of Nabokov’s American masterpiece.

The 3.43 mn song is the first fold of a musical fresco project, that will explore several selected (but not necessarily dominant) facets of the book.

Here, music plays several roles. First, it must be understood as a soundtrack accompanying Lolita’s reverie, in between adolescent tumult and calculated boredom, as she travels through the United States with Humbert in their good old Melmoth car. Musical structures recur, build up and evolve following the curves of a fleeting landscape. Last, changing tonalities also reflect Humbert’s mood in the face of this vast new home of his that the US at large are, betraying an ambivalent feeling of affection expressed through sarcasm.

 

 « Mlle. O »  installation – publication – performance

 

 

La Société Française Vladimir Nabokov convie Alexandra Loewe, artiste pluridisciplinaire, à réaliser une création pour le colloque international “Nabokov et la France” (30 mai – 1er juin 2013). Pour l’artiste s’impose avec évidence le seul récit écrit en français par Vladimir Nabokov : “Mademoiselle O” témoignage des années d’enfance passées aux côtés de sa gouvernante française.

Le premier projet d’Alexandra Loewe, porté par la Société Française Vladimir Nabokov, consiste en la republication de cette unique nouvelle de Nabokov en langue française, en une édition numérotée et limitée, sous le format inédit de 31 cartes postales, qui peuvent être envoyées chaque jour pendant un mois.

Alexandra Loewe décide également de déployer une conversation de gestes à l’image de Nabokov et Mademoiselle O. Le travail de performance de Tatiana Indira Cruz semblait idéal pour donner vie aux mots du texte. Une collaboration se met alors en place entre les deux artistes. La Galerie Mamia Bretesché accueille le projet.

Tout sauf une illustration, l’exposition « Mlle. O » se veut une invitation à regarder, autrement : la lecture comme prisme métaphorique d’images naissantes ou l’art de porter vers d’autres terres une œuvre existante.


 

Les deux artistes, Tatiana Indira Cruz et Alexandra Loewe, ont développé pour cette occasion une performance constituée de quatre tableaux consécutifs ourlés de sonorités visuelles en résonance avec les quatre “O” de Mademoiselle, ainsi qu’une toile de fond habitée d’œuvres inspirées par la lecture faite de “Mademoiselle O”.

 

Vernissage et performance le 30 mai 2013, Galerie Mamia Bretesché, 66 rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris

 

Article sur l’installation et la performance, accompagné d’une interview des artistes disponible sur Transatlantica.

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_arbreebouriffelointainmaritimepetitbonhommepourpre

Alexandra Loewe, Mlle. O. Arbre Ebouriffé Lointain Maritime Petit Bonhomme Pourpre, 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_lejardinvuatravers

Alexandra Loewe, Mlle. O. Le Jardin Vu A Travers, 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_lhorlogefaitungrostictac

Alexandra Loewe, Mlle. O. L’Horloge Fait Un Gros Tic Tac, 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_monherosmelapriseii

Alexandra Loewe, Mlle. O. Mon héros me l’a prise, 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_tacheedesons_detailii

Alexandra Loewe, Mlle. O. Tachée de sons (détail), 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_tacheesdesonsi

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O. Tachées de sons, (après performance) 2013.         Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_unrossignoldansuncorpsdelephant_detail

Alexandra Loewe, Mlle. O. Un Rossignol dans un corps d’éléphant (détail), 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_vudensemblei

Alexandra Loewe et Tatiana Cruz, Mlle. O. Vue d’ensemble (après performance), 2013.   Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_vudensembleii

Alexandra Loewe, Mlle. O. Vue d’ensemble, 2013.   Photo : A. Loewe

 


 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_tacheedesons_macrodetail

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O, Tachée de son (macro détail après performance), 2013. Photo : A. Loewe

 

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_vudensemble_preperformance

Alexandra Loewe, Mlle. O. Vue d’Ensemble pré-performance, 2013.   Photo : A. Loewe

 

 

03_performancemlleo_loewecruz_galeriemamiabrestesche_2013

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O, Performance, 2013.   Photo : A. Loewe

 

01_performancemlleo_loewecruz_galeriemamiabrestesche_2013

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O, Performance, 2013. Photo : A. Loewe

 

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_unrossignoldansuncorpsdelephant_preperformance

Alexandra Loewe, Mlle. O. Un Rossignol dans un corps d’éléphant (pré-performance), 2013.   Photo : A. Loewe

 

 

06_performancemlleo_loewecruz_galeriemamiabrestesche_2013

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O, Performance, 2013.   Photo : A. Loewe

 

mlle0_parlersaproprelangue_vuedessus_alexandraloewe2013

Alexandra Loewe, Mlle. O. Parler sa propre langue, 2013.   Photo : A. Loewe

 

05_performancemlleo_loewecruz_galeriemamiabrestesche_2013

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O, Performance, 2013. Photo : A. Loewe

 

mlle0_silencieusementsuruneroute_vuedessus_alexandraloewe2013

Alexandra Loewe, Mlle. O. Silencieusement sur une route (vue dessus), 2013.   Photo : A. Loewe

 

mlle0_silencieusementsuruneroute_vueface_alexandraloewe2013

Alexandra Loewe, Mlle. O. Silencieusement sur une route (vue face), 2013.   Photo : A. Loewe

 

02_performancemlleo_loewecruz_galeriemamiabrestesche_2013

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O, Performance, 2013.         Photo : A. Loewe

 

installationmlleo_expositionloewecruz_galeriemamiabretesche_unrossignoldansuncorpsdelephant_vudensembleii

Alexandra Loewe & Tatiana Cruz, Mlle. O. Un Rossignol dans un corps d’éléphant (après performance), 2013.   Photo : A. Loewe

 

VIDÉO DE LA PERFORMANCE

 

Alexandra Loewe, née en 1976 à Paris. La pratique multimédia d’Alexandra Loewe (dessin, sculpture, vidéo, photographie, œuvres interactives, écriture…) nous mène dans les contrées d’un langage dyadique où le conscient et l’inconscient, le corps incarné et l’esprit, le temps linéaire et l’aléatoire se rencontrent. Alexandra Loewe a étudié à l’Ecole Supérieure d’Arts Graphiques et d’Architecture Intérieure Met de Penninghen à Paris entre 1995 et 1999. En 1998, elle est en échange à la University of Art and Design of Helsinki en Finlande. En 1999-2000 s’ensuit un passage au California College of Arts and Crafts de San Francisco aux Etats-Unis. Elle résidera aux Etats-Unis jusqu’en 2004, y exerçant le métier de directrice de création dans une agence de communication visuelle. En parallèle, elle mène une vie artistique active en participant à des expositions et en co-organisant avec un groupe d’artistes des événements à Chicago. En 2005, elle revient en France pour se consacrer à sa pratique artistique à temps complet. Depuis, elle vit et travaille à Paris.

 

Tatiana Indira Cruz. Née en 1975 à Bogota en Colombie, Tatiana Cruz a suivi une formation en Arts plastiques et Sciences de l’art d’abord en Colombie, puis à Paris, où elle vit et travaille. Artiste et commissaire d’exposition, elle s’empare, dans sa pratique artistique, du médium photographique, de l’art vidéo, ainsi que de la performance. A travers ces médias, son œuvre développe à la fois une sensibilité poétique, liée aux équilibres précaires qui régissent le quotidien commun à tout être humain, et une réaction violente, parfois extrême, à l’actualité présente. Dans les deux cas, l’artiste demande à son spectateur une attention particulière : que ce soit pour l’inactivité volontaire de certaines performances, pour les changements subtils dans certaines vidéos, ou pour la crudité de certaines images dont elle s’empare parfois physiquement.

 

 

 

 

Autobiographie

Speak, Memory (1951, 1966) Другие берега (1954) Autres Rivages (1961, 1989)
CHOUARD, Géraldine, « Le temps des images dans Speak, Memory de Vladimir Nabokov », dans L. Delage-Toriel et M. Manolescu (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2009, p. 142-158.
KOPER-VIONNET, Isabelle, « Le regard dans Autres Rivages de Vladimir Nabokov », dans P. Arnaud et É. Angel-Perez (dir.), Le regard dans les arts plastiques et la littérature (Angleterre, États-Unis), Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, coll. « Sillages critiques », 2003, p. 119-126.
LANNE, Jean-Claude, « L’autobiographie chez Vladimir Nabokov. Poétique et problématique », dans N. Buhks (dir.), « Vladimir Nabokov dans le miroir du XXe siècle », Revue des études slaves, vol. 72, n° 3-4, 2000, p. 405-413.
NIVAT, Georges, « Speak, Memory », dans V. E. Alexandrov (dir.), The Garland Companion to Vladimir Nabokov, New York, Garland, 1995, p. 672-685
PETIT, Laurence, « Speak, Photographs? Visual Transparency and Verbal Opacity in Nabokov’s Speak, Memory », Nabokov Online Journal, Vol. III, 2009 :
http://etc.dal.ca/noj/EN/volumes/archives_volume3_en.html
TOKER, Leona, « Личное и частное в автобиографии Набокова » [« Ličnoe i častnoe v avtobiografii Nabokova »], dans N. Buhks (dir.), « Vladimir Nabokov dans le miroir du XXe siècle », Revue des études slaves, vol. 72, n° 3-4, 2000, p. 415-421.
Correspondance, entretiens, essais

Correspondance
BARBEDETTE, Gilles, « La corrida Nabokov/Wilson », L’Infini, 21, printemps 1988.

Strong Opinions (1973) Intransigeances (1973)
ALLADAYE, René, « Les fausses confidences de Nabokov : Figure(s) d’auteur en conversation », Cycnos 14, n° 2, 1997.
NIVAT, Georges, « Un lecteur intransigeant », Magazine littéraire, n° 233, septembre 1986, p. 46-48.

Lectures on Literature (1980) Littératures (1983)
ALLADAYE, René, « Quand tout dépend du détail : V. Nabokov et l’acte de lecture dans les Lectures on Literature et autres conférences », Le Détail, La Licorne, UFR Langues Littératures, Poitiers, 1999, p. 217-226.
—, « Is « mask » the keyword? » : The poetics of masks in Nabokov’s lecture on Proust », dans F. Keersmaekers, S. Levie et J. Peters (dir.), Nabokov as a Reader, Leiden & Boston, Brill Academic Publishers, (à paraître).
BISHOP, Morris, « Nabokov à Cornell », dans R. Micha (dir.), L’Arc [n° 24, printemps 1964], n°99, 1986.
COUTURIER, Maurice, « Nabokov, Professeur », Encyclopaedia Universalis, Yearbook, 1986.
DAICHES, David, « Nabokov à Cornell », dans R. Micha (dir.), L’Arc [n° 24, printemps 1964], n°99, 1986
GUILBERT, Cécile, « Les Ruses du professeur Nabokov », dans V. Nabokov, Littératures, Paris, Robert Laffont, coll . « Bouquins », 2009.
PARKER, Stephen Jan, « Au cours de littérature russe du professeur Nabokov », dans Ch. Raguet-Bouvart (dir.), « Vladimir Nabokov », Europe, n° 791, mars 1995, p. 140-143.
POULIN, Isabelle, « Teaching (with) Nabokov/Enseigner (avec) Nabokov », Nabokov Online Journal, 2, 2008.
PLEYNET, Marcelin, « Professeur Nabokov », Magazine littéraire, n° 233, septembre 1986, p. 34-35.

Nouvelles

ARIEV, Andrei, « Отражение в аспидной доске О рассказах Solus rex и Ultima Thule Вл. Набокова » [Otraženie v aspidnoj doske O rasskazah Solus rex i Ultima Thule Vl. Nabokova »], dans N. Buhks (dir.), « Vladimir Nabokov dans le miroir du XXe siècle », Revue des études slaves, vol. 72, n° 3-4, 2000, p. 353-371.
BUHKS, Nora, « Цирковой фокус как литературный прием миниатюризации текста. О рассказе Вл. Набокова Картофельный эльф » [« Tsirkovoj focus kak literaturnij priëm minjaturizacja teksta. O rasskaze Vl. Nabokova Kartofel’nyj èlf’ »], Slavic Almanac, The South African Journal for Slavic, Central and Eastern European Studies, vol. 14, n° 1, 2008. p. 3-25.
CONOLLY, Julian W., « The « Flutter of Fantasy » in Nabokovs Early Fiction », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 45-58.
DUPERRAY, Max, « « Cloud, Castle, Lake » de Vladimir Nabokov », dans « Discours de l’Insolite », Les Cahiers du CERLI, n° I5, janvier 1988, p. 93-103.
—, « Au-delà du fantastique : naissance douloureuse à l’écriture: « Cloud, Castle, Lake » de Vladimir Nabokov », dans M. Duperray (dir.), Du Fantastique en littérature. Figures et figurations : Eléments pour une poétique du fantastique sur quelques exemples anglophones, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1990, p. 153-161.
—, « Le savoir du langage : des mots et des choses ; propos sur une nouvelle de Nabokov ‘Signs and Symbols’ », Les Cahiers du CERLI, ns 1, janvier 1993, p 97-103.
GOURG-ANTUSZEWICZ, Marianne, « Analyse de la nouvelle Весна в Фиалте », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 121-131.
HAMRIT, Jacqueline, « The silence of madness in Vladimir Nabokov’s « Signs and Symbols » », Psyart. An online Journal for the Psychological study of Arts. A Hyperlink Journal for the Psychological Study of the Arts, article 060303, 19 mars, 2006 : http://www.psyartjournal.com/article/show/hamrit-the_silence_of_madness_in_signs_and_symb
LE MARINEL, Jacques. « La Vénitienne et autres nouvelles de Vladimir Nabokov », L’école des lettres, vol. II, n° 10, 1997-1998, p. 51-65.
NIQUEUX, Michel, « Ekphrasis et fantastique dans la Vénitienne de Nabokov ou l’Art comme envoûtement », dans N. Buhks (dir.), « Vladimir Nabokov dans le miroir du XXe siècle siècle », Revue des études slaves, vol. 72, n° 3-4, 2000, p. 475-484.
POULIN, Isabelle, « Venise en trompe-l’oeil : usages inquiets de l’art. Sur La Vénitienne de V. Nabokov et Le vieux qui lisait des romans d’amour de L. Sepúlveda », Actes du colloque international « Venise : héritages, passages, horizons : Cinquante ans de l’Association Internationale de Littérature Comparée » (Università Ca’Foscari, Venise, 22-25 septembre 2005) édités sur CD, Venezia, Libreria Editrice Cafoscarina, 2009.
RAGUET-BOUVART, Christine, « Riverrunning acrostically through « The Vane Sisters » and « A.L.P. », or « genealogy on its head » », dans M. Couturier, « Nabokov at the Crossroads of Modernism and Postmodernism », Cycnos, vol. 12, n °2, Nice, 1995, p. 21-28 :
http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1447
TROUBETZKOY, Laure, « Le bonheur dans les nouvelles russes de Nabokov : du défi à la panchronie », dans Modernités russes 5, « Le bonheur dans la modernité », Lyon, Centre d’études slaves André Lirondelle, Université Jean Moulin Lyon 3, 2004, p. 243-252.

Poésie

ALLADAYE, René, « Vladimir Nabokov et la « poésie positionnelle » : deux dimensions de Poems and Problems », Espaces du texte, La Licorne, UFR Langues Littératures, Poitiers, 1994, p. 187-198.
GEZARI, Janet K., « Roman et problème chez Nabokov », Poétique, n°17, 1974, p. 96-113.
JOHNSON, D. Barton, « « L’inconnue de la Seine » et les naïades de Nabokov », adapté de l’anglais par Christine Raguet-Bouvart, dans Ch. Raguet-Bouvart (dir.), « Vladimir Nabokov », Europe, n° 791, mars 1995, p. 28-35.
LANNE, Jean-Claude, « La poésie de Vladimir Nabokov ou les figures de l’exil », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 93-109.
NIVAT, Georges, « Nabokov « et soudain l’impensable épilogue » », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov et l’émigration, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 2, 1993, p. 27-37.
PASQUINELLI, Anastasia, « Kuzmin, Nabokov, Činnov, poètes alexandrins »,
Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 32, n° 32-3, 1991, p. 369-378.
RABATE, Laurent « La poésie de la tradition : étude du recueil Stixi de Vladimir Nabokov », Revue des Etudes Slaves, 57, n° 3, 1985.

Théâtre

PIFER, Drury, « Le théâtre et le monde », trad. (de l’anglais) Hélène Fiamma, dans C. Raguet-Bouvart (dir.), « Vladimir Nabokov », Europe, n° 791, mars 1995, p. 57-63.
VICTOROFF, Tatiana, « « L’écheveau de Sirine » : les paradoxes du théâtre nabokovien », dans L. Delage-Toriel et M. Manolescu (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2009, p. 131-141.

Nabokov et les écrivains anglophones

ALLADAYE, René, « « The soft detonation of recognition » : quelques aspects de la réécriture de Lolita dans Eclipse de John Banville », dans L. Delage-Toriel et M. Manolescu (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2009, p. 93-101.

BOYD, Brian, « Words, Works and Worlds in Joyce and Nabokov: Or, Intertextuality, Intratextuality, Supratextuality, Infratextuality, Extratextuality and Autotextuality in Modernist and Postmodernist Narrative Discourse », dans M. Couturier (dir.), « Nabokov: At The Crossroads of Modernism and Postmodernism », Cycnos, vol. 12, n° 2, 1995 :
http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1443.

CHASSAY, Jean-François, « Traduit de l’américain », Études françaises, vol. 28, n° 2/3, 1992-1993, p. 69-81.

COUTURIER, Maurice, Gutenberg, Sterne and Nabokov, Claremont, CA, Center for Humanistic Studies, 1989.

DUREAU, Yona, « De l’inspiration des jeux de sens d’Alice au Pays des Merveilles et des techniques d’utilisation du blanc dans l’écriture nabokovienne », Yearbook of Comparative and General Literature, n° 47, 1999, p. 53-69.

JOHNSON, Don Barton, « Nabokov and British Literature: Rupert Brooke and Walter de la Mare », Revue des études slaves, vol. 72 (3), 2000, p. 319-332.

SWEENEY, Susan Elizabeth, « The V-Shaped Paradigm: Nabokov and Pynchon », dans M. Couturier (dir.), « Nabokov: At The Crossroads of Modernism and Postmodernism », Cycnos, vol. 12, n° 2, 1995 : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1475

Nabokov et les écrivains français

CHUPIN, Yannicke, « « The Novel is alive » : Ada ou le post-scriptum de Nabokov au roman américain des années 1960 », dans L. Delage-Toriel et M. Manolescu (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard, 2009, p. 106-117.

COUTURIER, Maurice, « Flaubert and Nabokov », dans Vl. Alexandrov (dir.), The Garland Companion to Vladimir Nabokov, New York, Garland, 1995, p. 405-411.
—, « Proust et Nabokov », dans J. Brami (dir.), Lecteurs de Proust au XXe et au début du XXIe siècle, Caen, Lettres Modernes Minard, 2010, p. 99-114.

DESANTI, Dominique, « Sur Flaubert et Proust », Magazine littéraire, n° 379, septembre 1999, p. 63-64.

GRAYSON, Jane, « Nabokov and Perec », dans M. Couturier (dir.), « Nabokov: At The Crossroads of Modernism and Postmodernism », Cycnos, vol. 12, n° 2, 1995 :
http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1471.

HADDAD-WOTLING, Karen, « Figures proustiennes chez Nabokov », Revue de Littérature Comparée, 66 (4), 1992.

LAFONT, Anne-Marie, « Poétique de l’amour dans les romans russes de Vladimir Nabokov », Revue des Jeunes Chercheurs en Lettres, n° 2, 2007 : www.fabula.org
—, « Figure féminine et histoire érotique dans les romans russes de Vladimir Nabokov », dans L. Delage-Toriel et M. Manolescu (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2009, p. 200-212.

PETILLON, Pierre-Yves, « Vladimir Nabokov: Ada ou la double éducation sentimentale », Magazine littéraire, n° 331, 1995, p. 89-91.

POULIN, Isabelle, Vladimir Nabokov lecteur de l’autre, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2005.
—, « La nausée de Vladimir Nabokov et la méprise de Jean-Paul Sartre », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov et l’émigration, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 2, 1993, p. 107-117.

TROUBETZKOY, Wladimir, « Nabokov comparatiste », dans F.-D. Liechtenhan (dir.), L’Ours et le Coq. Trois siècles de relations franco-russes. Essai en l’honneur de Michel Cadot, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 211-224.

Nabokov et les écrivains russes

AR’EV, Andrej, « Набоков и Враги » [« Nabokov i vragi »], dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 21-33.

BUHKS, Nora, « Vl. Nabokov and F. Dostoyevsky : Aesthetic Demystification », dans Russian Writers about Russian Writers, University of London, 1994, p. 131-138.

BURENINA, Olga, « « Трагедия » творчества или литература как « остров мертвых ». Набоков и Вагинов » [« « Tragedija » tvorčestva ili literatura « kak ostrov mertvyh ». Nabokov i Vaginov »], dans N. Buhks (dir.), « Vladimir Nabokov dans le miroir du XXe siècle », Revue des études slaves, vol. 72, n° 3-4, 2000, p. 431-442.

DEROY, Chloé, Hommages satiriques à Dostoïevski dans l’œuvre de Vladimir Nabokov, Editions universitaires européennes, Sarrebrück, 2010.

DE VRIES, Gerard, « Nabokov, Pushkin and Scott », Revue de littérature comparée, n° 3, 1997, p. 307-322.

KARLINSKY, « Simon, Les jeux russes », trad. (de l’anglais) Jacqueline Lahana, Magazine littéraire, n° 233, septembre 1986, p. 41-44.

MONNIER, André, « Un miroir pouchkinien pour Nabokov », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov et l’émigration, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 2, 1993, p. 19-25.
—, « La Roussalka de Pouchkine achevée par Nabokov », dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 59-65.

MOREL, Jean-Pierre, « « What’s in a name ? » Tolstoï dans Ada ». Cahiers Léon Tolstoï, « Le rayonnement de Tolstoï en Occident », n° 9, 1995, p. 57-68.

SKONECNAJA, Ol’ga, « Отчаяние В. Набокова и Мелкий Бес Ф. Сологуба » [« Otčajanie V. Nabokova i Melkij Bes F. Sologuba »], dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 133-143.

STARK, Vadim, « Набоков и Пушкин. Генеалогические перекрести в литературном отражении » [« Nabokov i Puškin. Genealogičeskie perekresti v literaturnom otraženii »], dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 177-189.

ZIMMER, Dieter E., « L’Allemagne dans l’œuvre de Nabokov », dans R. Micha (dir.), L’Arc [n° 24, printemps 1964], n°99, 1986, p. 67-75.

Autres et général

BUHKS, Nora, « Двое игроков за одной доской : Вл. Набоков и Я. Кавабата » [« Dvoe igrokov za odnoj doskoj : Vl. Nabokov i Ja. Kavabata »], dans N. BUHKS (dir.), Vladimir Nabokov et l’émigration, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 2, 1993, p. 39-50.

GAULT, Pierre, « Between Latency and Knowledge: Figures of preinitiation in Nabokov and Balthus » dans Critical Angles: European Views of Contemporary American Literature, Carbondale, IL, Southern Illinois University Press, 1986, p. 125-144.

KUZMANOVITCH, Zoran, « « Reading with the spine » or Reading Nabokov with Huck Finn », dans Maurice Couturier (dir.), « Annotating vs. Interpreting Nabokov », Cycnos, vol. 24, n° 1, 2007 :
http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=1071

POULIN, Isabelle, « Portrait du lecteur en rhapsode : sur quelques réécritures de Don Quichotte », La littérature dépliée. Reprise, répétition, réécriture, actes du XXXIVe Congrès de la SFLGC, PUR, 2008.
—, « La communauté insupportable ou l’art d’écrire à touche-touche (Vladimir Nabokov et Italo Calvino) », dans D. Mortier et V. Ferré (dir.), Littérature, Histoire et politique au XXe siècle : hommage à Jean-Pierre Morel, Paris, Le Manuscrit, coll. « L’esprit des Lettres », 2010.
—, « Une écriture à touche-touche : intertextualité et plurilinguisme dans Lolita », Lolita, Paris, Ellipses, CAPES / Agrégation d’Anglais, 2009.

SENDEROVICH, Savely, SHVARTS, Y., « Набоковский Фауст. Предварительные заметки » [« Nabokovskij Faust. Predvaritel’nye zametki »], dans N. Buhks (dir.), Vladimir Nabokov-Sirine. Les années européennes, Paris, Institut d’études slaves, Cahiers de l’émigration russe, vol. 5, 1999, p. 155-176.

Languages : Français | English


Lolita – “ Paysage américain défilant derrière la vitre d’une voiture en mouvement ”
Par Michael Federspiel – m.federspiel@unistra.fr Consulter sa fiche

 

Ecouter son œuvre :

Michael Federspiel
Cette pièce instrumentale a été écrite et enregistrée à la fin de l’année 2011. Elle fait écho à une troisième lecture intensive de l’oeuvre maîtresse de Nabokov en anglais.

Le morceau de 3mn43 est le premier volet d’un projet de fresque musicale qui devrait permettre d’explorer plusieurs scènes (pas forcément les plus connues) du roman.

La musique tient ici plusieurs rôles. Elle doit d’abord être comprise comme la bande-son des pensées de Lolita, fluctuant entre émoi adolescent et ennui caractérisé, alors qu’elle traverse les Etats-Unis au côté d’Humbert dans leur vieille Melmoth. Les structures musicales se répètent, s’étoffent et évoluent au gré des changements du paysage. Enfin, la tonalité incertaine fait cas de l’hésitation d’Humbert face à ce vaste espace qu’il doit s’approprier en tant que nouvelle patrie, et qu’il apprendra à aimer lorsqu’il se sera fatigué d’en décrire les lacunes.

    E L’EXIL NABOKOVIEN AU FIL DES ONDES

       Emission « Exils – Nabokov » enregistrée au théâtre de l’Odéon et diffusée sur France Inter le 27 juillet 2013.

       Cette émission est présentée par Paula Jacques, en présence de Lila Azam Zanganeh, avec des textes lus par Nadar transcar. Emission réécoutable et podcastable depuis le site de France Inter.