Colloque International : « Vladimir Nabokov et la France »

Les Chercheurs enchantés : Société Française Vladimir Nabokov

Paris, 30 mai-1er juin 2013


FILIMONOV, Aleksey – Saint-Petersbourg
Le thème français dans la poésie de Nabokov-Sirine

    Pour le prosateur et poète Sirine (le Nabokov russe), la période parisienne fut l’une des plus fécondes. Après avoir quitté Berlin pour Paris à l’automne 1937, Nabokov y resta jusqu’à son départ pour l’Amérique en mai 1940. C’est à cette période qu’est consacré le « Poème parisien » (1943), chef-d’œuvre du Nabokov mûr, où les realia du temps, les personnages historiques, la douleur de la perte de la Russie, le pressentiment qu’il s’agit d’une époque tragique pour l’Europe et la conscience que la littérature de l’émigration va disparaître, sont exprimés de manière particulièrement aigüe, par l’utilisation de procédés artistiques pour lesquels sa prose est si célèbre et qui sont ici transférés sur le terrain de la poésie.
    Dans ce poème la figure de Khodassévitch, vivant dans une mansarde, est significativement décrite par l’auteur comme une créature immatérielle. Khodassévitch était le frère d’armes de Sirine et des échos de la lutte littéraire avec Adamovitch, Hippius et Georgij Ivanovitch apparaissent clairement dans les lignes du « Poème parisien ».
    Les figures romantiques des chevaliers-croisés, du Roi Arthur, de la Belle Dame, apparaissent dans les poèmes de sa jeunesse, pour partie inspirés par la poésie d’Alexandre Blok et de Nikolaï Goumiliov, qu’aimait beaucoup Nabokov. Dans un poème écrit encore plus tôt, « Napoléon en exil », Nabokov consacre une stance, écrite en Crimée, à son propre destin :
       Il s’est arrêté ; il est pitoyable
       Dans ce chapeau à larges bords
Dans tous les vers français de Nabokov-Sirine on peut encore distinguer un thème, qui est le filigrane de toute la poésie russe, le thème du bonheur, de la victoire sur le tragique au travers de la « Joie de vivre », selon le titre en français de l’un de ses poèmes.
    Dans les poèmes intitulés « La bonne Lorraine » et « L’inconnue de la Seine » transparaissent les figures fémines sacrifiées de Jeanne d’Arc et d’une inconnue, retrouvée noyée au 19ème siècle, dont le masque mortuaire était devenu un attribut de la culture de masse. Dans ces œuvres-là Nabokov exprime la sensation d’un art contemporain qui copie les représentations de tous les jours.
    Le monde artistique de l’auteur, tourné ves l’essence des événements historiques et vers le monde individuel de l’homme résiste au déclin par l’instauration d’un dialogue étroit avec l’héritage de la poésie russe et mondiale. Ce n’est pas un hasard si Nabokov a traduit en russe Pierre Ronsard, Alfred de Musset, Charles Baudelaire et Arthur Rimbaud.
   Dans l’œuvre « Provence » (1923) Sirine écrit sur le sentiment d’harmonie universelle qu’il a éprouvé sur l’antique sol français :
       Comme il est bon dans ce monde résonnant
       De se couler de l’épaule le long de clôtures crayeuses
       D’être un poète russe égaré
       Parmi les murmures de la cigale latine !
C’est cette habileté à retranscrire le monde dans toute sa beauté et son tragique en s’appuyant sur l’expérience vivante de l’homme et le dialogue avec la poésie française qui a fait de cette œuvre poétique une œuvre profonde et à multiples facettes.

Aleksey Filimonov est poète, critique littéraire. Il a fait paraître des recueils de poèmes : « Le mot nocturne » (Saint-Pétersbourg, 1999), « L’orage lilas » ( Veliko Tarnovo, Bulgarie, 2012, avec des traductions en bulgare) et « La gorgée de vie », recueil de traductions en russe du poète bulgare, Vladimir Stoyanov (Veliko Tarnovo, 2012). Il a traduit les poèmes anglais de Vladimir Nabokov. Il est l’auteur d’études, d’essais et d’exposés sur le monde artistique de Vladimir Nabokov. Il a participé à un film documentaire « Vladimir Nabokov. Les racines russes » (2010). Il est le créateur en littérature d’un nouveau courant philosophique et littéraire – le vnévisme* – auquel A. Filimonov et ses disciples consacrent des travaux scientifiques et sur lequel ils ont aussi tenu en 2011 une conférence internationale pratique et scientifique à Saint-Pétersbourg. Il est lauréat de prix littéraires russes.

PRÉSENTATION DU COLLOQUE        PROGRAMME        AUTOUR DU COLLOQUE       PRATIQUE

CONFERENCE MAINPAGE        PROGRAM         AROUND THE CONFERENCE        PRACTICAL INFO