Agnès Edel-Roy, agrégée de Lettres modernes et titulaire d’une maîtrise de Langue et Littérature russes (Université de Paris IV Sorbonne), a soutenu en novembre 2018 sa thèse de doctorat en Littératures comparées (Université de Paris Est-Créteil), intitulée : « “Une démocratie magique” : politique et littérature dans les romans de Vladimir Nabokov. » Elle est membre associée de l’EA 4395 “Lettres, Idées, Savoirs” (LIS, Université de Paris Est-Créteil) et du groupe de recherche “Identités, Cultures, Histoires” (Grich, École Polytechnique).

Ses travaux portent sur les rapports entre littérature et politique dans l’œuvre romanesque de Vladimir Nabokov, sur la littérature russe moderne et l’exil, sur les réceptions française, russe et soviétique de l’œuvre de Vladimir Nabokov, sur les auto-traductions (anglais, français, russe). Elle travaille également sur les questions d’intermédialité, en particulier entre roman et théâtre russes, roman et peinture modernes, et prépare en co-direction, avec Julitte Stioui et Vincent Ferré, un ouvrage sur L’Hybride et la littérature (à paraître en 2020).

Avec Marie Bouchet, Yannicke Chupin et Monica Manolescu, elle a participé à l’annotation d’Ada ou l’Ardeur, pour le 3ème volume des œuvres romanesques complètes de Vladimir Nabokov dans la Pléiade (à paraître en 2019).

 

Ouvrages collectifs co-dirigés

  1. Co-direction, avec Yannicke Chupin, Monica Manolescu et Lara Delage-Toriel, Vladimir Nabokov et la France, Strasbourg, PUS, collection « Études anglophones », 2017.
  2. Co-direction, avec Marie Bouchet, Yannicke Chupin et Julie Loison-Charles. « Les soixante ans de Lolita/Lolita at 60 », Miranda [En ligne], 15/2017, mis en ligne le 06 octobre 2017. URL : http://journals.openedition.org/miranda/11253.

 

Chapitres d’ouvrages, d’actes de colloque, préface et articles :

Sur Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski, et l’intermédialité roman-théâtre

  • « Crime et châtiment : réinterprétation du roman et pouvoirs du théâtre », dans Béatrice Picon-Vallin (dir.), « Lioubimov. La Taganka », Les voies de la création théâtrale, vol. 20, Paris, CNRS Éditions, Collection Arts du spectacle, 1997, p. 235-254.
  • Avec Jean-Pierre Morel, « Crime et châtiment : du roman à la pièce. Tableau comparatif et commentaire », dans Béatrice Picon-Vallin (dir.), « Lioubimov. La Taganka », Les voies de la création théâtrale, vol. 20, Paris, CNRS Éditions, Collection Arts du spectacle, 1997, p. 255-263.

Sur Vladimir Nabokov et la France, « Mademoiselle O »

  • « Vladimir Nabokoff-Sirine et l’autre rivage de la France », dans Murielle Lucie Clément (dir.), Écrivains franco-russes, Amsterdam/New York, Rodopi, collection « Faux titre », 2008, p. 85-97.
  • « L’au-delà nabokovien de l’exil français », dans Charlotte Krauss et Tatiane Victoroff (dir.), Figures de l’émigré russe en France au XIXe – XXe. Fiction et réalité, actes du colloque international de l’Université de Strasbourg, 30 septembre – 2 octobre 2009, Amsterdam/New York, Rodopi, collection « IFAVL », 2012, p. 311-331.

Sur Vladimir Nabokov et la politique, l’exil, La Méprise

  • « Nabokov aujourd’hui, ou “la démocratie magique” », dans Lara Delage-Toriel et Monica Manolescu (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard Editeur, 2009, p. 23-38.
  • « The Nabokovian Hereafter of French Exile », trad. de Sarah-Louise Raillard revue par l’auteur, Nabokov Online Journal, numéro spécial consacré à la recherche nabokovienne de langue non-anglaise, volume 8, 2014, http://www.nabokovonline.com/uploads/2/3/7/7/23779748/5_french_exile__vol_viii_2014.pdf
  • Préface, dans Julie Loison-Charles, Vladimir Nabokov ou l’écriture du multilinguisme : mots étrangers et jeux de mots, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, coll. « Chemins croisés », 2016.
  • « La Méprise russe de Vladimir Nabokov : l’intertextualité comme ligne de démarcation politique du sujet à l’œuvre », dans Daniel Argelès, Meghann Cassidy, Anne-Marie Jolivet et al., Le Sujet à l’œuvre. Choix formels, choix politique dans les arts, la littérature et les sciences humaines, Palaiseau, Les Éditions de l’École polytechnique, 2018, p. 101-116.

Sur Lolita

  • « Lolita, ou “l’ombre d’une branche russe”. Etude de l’auto-traduction », Miranda, n°3 (2010) – Lolita: Examining « the Underside of the Weave »/Lolita : Examiner « l’envers de la toile » (Ed. Marie Bouchet – November 2010), mis en ligne le 26/11/2010. https://journals.openedition.org/miranda/1536
  • « Lolita, le livre « impossible » ? L’histoire de sa publication française (1956-1959) dans les archives Gallimard », Miranda, n°15 (2017) – « Les soixante ans de Lolita/Lolita at 60 » (Ed. Marie Bouchet, Yannicke Chupin, Agnès Edel-Roy et Julie Loison-Charles), mis en ligne le 06 octobre 2017, http://journals.openedition.org/miranda/11265