Sur Dedibox XC <==

Logo Vladimir-Nabokov

RÉSONANCES ARTISTIQUES - arts visuels - Danielle Stéphane

Danielle Stéphane

Lolita 2 (2012)

 

Danielle Stéphane est plasticienne et poète, elle vit et travaille à Lyon. 


 Son travail, d’abord pictural, est allé jusqu’au volume avec ses Ninfae (robes durcies par la colle de peau) : dans un hommage-détournement de la tradition. Pour elle, l’art est affaire de corps et les supports du peint, du sculpté, du gravé, de l’écrit, sont des substituts de la peau. Ses nymphes sont comme des chrysalides abandonnées. D’abord peintes, elles sont depuis quelques années couvertes d’écritures improbables tracées à l’encre de chine avec un pinceau.

Corps écrit, corps du texte… tatouage. 

Puis le dessin imaginaire s’est mis à surgir sur le papier par la grâce d’un stylo à encre.

En 2012, elle crée Lolita 2, une robe et le texte qui l'accompagne, que vous pourrez découvrir ci-après:

 

14-12dstephane_lolita_hd

Lolita 2 (2012) 68x38x14cm + 21x22x8cm (chapeau-totem).

Technique : encre sur robe.

Photographie : Claire Defosse. Tous droits réservés.

 

lolita2 en cours - 68x38x14cm - 2011 - copie 1

 Lolita 2 (en cours, 2011) 68x38x14cm




LOLITA 2

 Il pleuvait et elle s'ennuyait. La nuit tombait et les lumières des vitrines se reflétaient dans les flaques. Elle avait regardé par la fenêtre le spectacle de la rue pendant que le vernis noir de ses ongles séchait, mais maintenant qu'il était sec, elle avait envie de bouger, de sortir.

« Tu m'emmènes au Jimmy's ? »

 Alan était absorbé par un vieux western à la télévision. Elle avait répété sa question en s'asseyant près de lui, ses bras glissés autour de son cou. 

« Comment résister à une diablesse pareille ? » avait-il fini par répondre après deux ou trois baisers posés sur son cou, près de l'oreille. 

Lolita s'était dressée sur ses talons aiguilles et avait saisi au vol son petit sac rose. Des poupées et des cœurs décorés de perles, de paillettes et de rubans y brinquebalaient au bout de chaînettes. Elle adorait ces ornements qu'elle appelait ses porte-bonheur. Elle s'impatientait à voir Alan se chausser, se coiffer, chercher ses clés de voiture, sa casquette... Ils n'avaient pas besoin de parapluie, la voiture était au garage en sous-sol de l'hôtel et le Jimmy's avait un parking souterrain. 

 Pendant qu'ils louvoyaient entre les vélos, les taxis et les bus, elle avait retouché son rouge à lèvres écarlate à l'aide de son miroir minuscule orné d'une tête de Minnie. Elle avait très envie d'un lait à la fraise mais au bar, elle avait opté pour un Coca. Alan l'avait invitée à tremper ses lèvres dans son bourbon. Elle avait toussé. « C'est pas de mon âge ! » avait-elle dit en pouffant. Et Alan avait pensé que c'était vrai, qu'il ne faudrait pas qu'un serveur s'avise de leur demander leurs cartes d'identité !

Ils avaient commandé une pizza et un steak au poivre. Puis Lolita avait voulu un banana split. Elle n'avait pas encore de problème de régime et Alan adorait sa gourmandise. Pour tout. Elle était gourmande de la vie. Et il aimait sa candeur. Lui qui avait traversé tant de zônes tourmentées,

il avait la sensation d'être heureux pour la première fois. 

« A quoi tu penses ? »

« Que j'aime te voir manger de la crème et que j'ai envie d'un café. »

 Lolita s'était posé une cuiller de crème sur le nez et lui avait tiré la langue. Il avait ri en l'essuyant avec sa serviette et elle avait réclamé un second Coca. En attendant la serveuse, elle se remit du rouge à lèvres. 

« Tu n'as pas besoin de faire ta vamp, tu sais ! »

« Oui, mais j'aime bien la marque que ça fait sur le verre. »

 Avant de boire, elle s'était appliquée à marquer sa bouche coquelicot sur le haut du verre.

« Pour une fois qu'il est pas en carton ! C'est joli, tu trouves pas ? »

 Il avait acquiescé et proposé d'aller faire un tour vers la rivière avant de rentrer à l'hôtel. Elle avait applaudi et pendant qu'il payait l'addition elle était sortie. Il l'avait retrouvée près de la voiture en train de jouer à la marelle. Il ne pleuvait plus.

 

Danielle Stéphane

27 décembre 2013

 




Autres oeuvres de Danielle Stéphane proposant une résonance avec l'héroïne de Nabokov:




lolita 1- 70x46x13cm - novembre 2010

Lolita 1, 70 x 46 x18, novembre 2010, photographie Claire Defosse



camille detail. 2014

Détail de la technique d'écriture sur tissu développée par Danielle Stéphane: Camille, 2014


A propos de Danielle Stéphane:

L’artiste a participé à des expositions collectives en France, à Varsovie, Londres, New-York, Shanghaï. Elle a réalisé quelques expositions personnelles dans la région Rhône-Alpes. 

Des revues (Pomme d’Api, Le Foudulire, Bacchanales) ont publié certains de ses contes  et de ses textes poétiques. 

 Ses entretiens avec Roger Grenier : Le Droit de se contredire ont été publiés par les éditions de La Passe du Vent en 2001.

 Sa monographie du peintre Pierre Pelloux : Pierre Pelloux homme de l’ombre est parue aux éditions Thalia (Paris) en septembre 2007. Il a reçu le Prix du Manuscrit 2006 du Conseil Général du Rhône.

 Un recueil de quelques uns de ses textes poétiques : rouge couché a été publié par les éditions Jacques André en juin 2009.

Aïe mes idoles ! ou Canards exquis est un livre où ses dessins sont accompagnés par des textes de Catherine Thomas-Antérion. Il est publié également aux éditions Jacques André (2013).

Pour en savoir plus ou contacter Danielle Stéphane pour acquérir ses oeuvres, consultez le site personnel de l'artiste.

  

 

Hébergé sur Dedibox LT