Ida Junker, « Le Monde de Nina Berberova »

couv-idajunker3

Paris, L’Harmattan, 2012, 298 p.

« Avec Vladimir Nabokov, Nina Berberova (1901-1993) est l’un des auteurs de la première vague de l’émigration russe les plus connus en France. En paraphrasant Lamartine, on pourrait dire qu’elle représente, aux yeux de ses lecteurs, un « siècle fait femme ». Lors du long périple qui la conduit de Saint-Pétersbourg à Philadelphie, en passant par Paris et New York, elle en devient témoin de tous les grands événements : la révolution d’octobre, les deux guerres mondiales, la chute du mur de Berlin et la fin du régime communiste.L’ouvrage d’Ida Junker est le premier essai qui analyse l’œuvre prosaïque, poétique et dramatique de cet auteur russe dans son intégralité. L’un de ses chapitres est consacré aux liens unissant Berberova et Nabokov qui, dans les débats littéraires des années trente, représentent « la jeune génération » de l’émigration.

Les points communs de leurs destins sautent aux yeux : non seulement ils sont nés dans la même ville avec deux ans d’écart, mais aussi dans la même rue, Bolchaïa Morskaïa, comme Berberova le souligne dans une note de son autobiographie. Tous les deux sont des poètes lyriques avant de passer, dans les années vingt, aux longs poèmes et aux récits, et enfin aux romans. Ainsi presque simultanément, ils trouvent le registre épique comme le plus adapté pour écrire sur l’exil. Cependant, ils n’abandonneront jamais la poésie.

Lire la suite

Vladimir Nabokov, « L’original de Laura (C’est plutôt drôle de mourir) », trad. M. Couturier

l-original-de-laura

« Texte inachevé composé dans la souffrance et la perspective d’une mort prochaine, L’Original de Laura présente l’ébauche d’un enchevêtrement de récits. L’auteur de Lolita reprend ici certains des éléments qui ont fait le succès de son plus célèbre roman. Flora n’est certes pas une nymphette, mais elle ressemble à s’y méprendre à une Lolita qui ne serait pas morte dans les neiges de l’Alaska. Capricieuse, frivole, elle épouse un homme beaucoup plus âgé qu’elle, un professeur de psychologie appliquée, mais collectionne ouvertement les amants ; l’un d’eux la prend pour modèle d’une de ses héroïnes, Laura, dans un roman où figure aussi en bonne place le mari vieillissant. Celui-ci, harcelé par la souffrance, s’ingénie, au moyen de certains exercices, à s’effacer, à se gommer mentalement. L’auteur, dont les exigences esthétiques étaient très élevées, nous permet malgré lui, de percevoir à distance, entre les lignes, entre les fiches, l’ultime souffle d’un romancier de génie. » Maurice Couturier

Vladimir Nabokov, L’original de Laura (C’est plutôt drôle de mourir), traduction Maurice Couturier, Paris, Gallimard 2010.

Maurice Couturier (dir), « Vladimir Nabokov, Œuvres romanesques complètes, tome 2 »

mc-oeuvres-completes-t2

« Ce volume marque un tournant. Il contient, d’une part, deux romans écrits en russe à la fin des années 1930 : Le Don, le plus magistral des livres russes de Nabokov, et L’Enchanteur, où apparaît la première «nymphette» nabokovienne et qui ne fut publié qu’en 1986, dans la traduction anglaise due au fils de l’écrivain. Il réunit, d’autre part, les trois premiers romans que Nabokov composa en anglais et un livre qui, pour n’être pas le plus connu de son auteur, n’en est pas moins un chef-d’œuvre : l’autobiographie Autres rivages, dont le point de départ date des années 1930 ; il s’agissait alors d’un texte en français sur la gouvernante du petit Vladimir, mais il fut entièrement recomposé en anglais avant de paraître en 1951. Période charnière, donc, qui voit la naissance et, avec Lolita, la consécration d’un écrivain de langue anglaise. L’accouchement, qui est aussi un arrachement, ne se fit pas sans douleur. Le changement de terre, le changement de langue, l’ombre menaçante des totalitarismes confèrent aux livres de cette période une particulière intensité tragique. Plusieurs textes évoquent la perte (notamment La Vraie Vie de Sebastian Knight, dont le héros est un écrivain) et ce que le latin nomme desiderium : désir, besoin, regret. Il faut renoncer à l’enfance, aux amours anciennes, à la littérature russe (véritable héroïne du Don), à toutes « ces choses que le destin empaqueta un jour, pêle-mêle, et jeta à la mer ». Mais Nabokov, à vrai dire, n’y renonce pas. Il les métamorphose et les rend inoubliables. »

Couturier, Maurice, Direction des Œuvres romanesques complètes de V. Nabokov, vol. II, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 2010.

Yannicke Chupin, « Vladimir Nabokov, Fictions d’écrivains »

yc-fictions-ecrivains

« Des premières nouvelles publiées en russe à son dernier roman en langue anglaise, Vladimir Nabokov a mis en scène une centaine de personnages d’écrivains : universitaires, poètes, romanciers, biographes ou autobiographes. Pourquoi écrivent‑ils ? Qu’est-ce qui les prédispose à devenir écrivains ? Après avoir esquissé une typologie sociologique, ontologique et esthétique de ces figures d’écrivains, ce livre se concentre sur leur étude à travers les narrateurs de trois romans majeurs de Nabokov : Humbert Humbert dans Lolita, Kinbote dans Feu pâle et Van Veen dans Ada ou l’Ardeur, et montre la façon dont ces trois personnages naissent et s’épanouissent sous nos yeux grâce à la plume que leur créateur leur a prêtée le temps d’un roman. L’ouvrage inclut un Who’s Who des écrivains dans la fiction de Nabokov et des illustrations provenant des archives Vladimir Nabokov conservées à la Berg Collection de la New York Public Library, dont un document inédit. »

Chupin, Yannicke, Vladimir Nabokov, Fictions d’écrivains, préface de Michael Wood, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2009.

M. Manolescu, A-M. Paquet-Deyris, « Lolita [Nabokov, Kubrick]. Cartographies de l’obsession »

mmampd-lolita-cartographies-obsession

‘L’aura sulfureuse du roman culte des années 1950, Lolita, de Vladimir Nabokov, a propulsé le livre sur les devants de la scène internationale, mais elle a aussi longtemps occulté les figures extraordinaires, les tours et détours subtils d’une prose singulière, aux accents multiples et à l’intertextualité complexe. Les accointances avec le cinéma de l’écrivain russe naturalisé américain ont également prédestiné le texte à un devenir cinématographique, tant sa texture visuelle est riche et ses références filmiques multiples. Lorsque Kubrick décide de porter à l’écran Lolita en 1962, une partie du travail de l’adaptation est donc déjà enclenchée. Le scénario original de Nabokov est cependant si détaillé et, précisément, si personnel, que le cinéaste se voit obligé de réécrire, avec son coproducteur James Harris, l’essentiel de ces quatre cents pages pour inscrire dans un autre médium une oeuvre profondément originale, elle aussi émaillée d’allusions méta-filmiques. Nous allons pénétrer au coeur de la spécificité linguistique et narrative du roman de Nabokov, ainsi qu’au coeur du processus de transcodage et d’intermédialité du film, pour en décrypter les grands motifs et modes de représentation. »

Manolescu, Monica et Paquet-Deyris, Anne-Marie, Lolita [Nabokov, Kubrick]. Cartographies de l’obsession, Paris, Presses universitaires de France/CNED, 2009.

D.Machu et T.Tuhkunen (dir.), « Lolita, roman de Vladimir Nabokov et film de Stanley Kubrick »

dmtt-lolita

« Conçu en trois parties – études du roman, du film, études croisées – ce volume propose des approches délibérément variées de Lolita, livre scandaleux, best-seller, livre-culte de Vladimir Nabokov, et film d’un réalisateur tout aussi hors normes et talentueux, Stanley Kubrick. Replaçant le roman et le film dans le contexte où ils ont vu le jour, conjoignant synthèses et analyses, il en éclaire des aspects essentiels. Il vise tant à mettre en lumière les modalités de fonctionnement et les choix stylistiques propres à l’un et l’autre qu’à faire apparaître les liens et les ruptures entre deux oeuvres à lire et relire, à voir et revoir. »

Machu, Didier et Tuhkunen Taina (dir.), Lolita, roman de Vladimir Nabokov et film de Stanley Kubrick, Paris, Ellipses, coll. « C.A.P.E.S./Agrégation », 2009.

Chloé Deroy (dir.), « Vladimir Nabokov, Icare russe et Phénix américain »

cd-icare-russeCet ouvrage collectif est issu de la rencontre nabokovienne du 7 mars 2008 organisée à Tours par Chloé Deroy (Allocataire à l’université de Reims-Champagne Ardenne et Chargée de cours d’anglais à l’université François-Rabelais de Tours) à l’occasion du trentenaire de la mort de l’écrivain.

Articulé autour du changement de « langue de plume » auquel a dû se soumettre l’écrivain (abandon du russe au moment même où il prenait son envol littéraire, pour renaître de ses cendres sous une élégante plume américaine), cet ouvrage propose une étude transversale de l’œuvre de Nabokov. Il peut ainsi tant convenir à un public d’initiés qui y trouveront des études stimulantes et originales parmi lesquelles celles de Sébastien Hubier, Françoise Baqué, Philippe Chardin et Stephen Romer, qu’à un public d’amateurs qui ne connaitraient de Nabokov que Lolita ou qui le découvriraient avec L’Original de Laura dont la parution a fait couler beaucoup d’encre cette année dans la presse. Cet ouvrage pourra d’autre part être apprécié pour sa multidisciplinarité puisque la journée d’étude de Chloé Deroy était la première en France à rassembler comparatistes, slavisants et anglicistes autour de Nabokov. Illustré par des œuvres inédites de Pascal Ferandou, il propose également une approche picturale et sensible d’un auteur qui disait « penser en images ».

Deroy, Chloé (dir.), Vladimir Nabokov, Icare russe et Phénix américain, Dijon, E.U.D., 2010.

Marie Bouchet, « Lolita, A Novel by Vladimir Nabokov, A Film by Stanley Kubrick »

mb_lolilta

Bouchet, Marie, Lolita, A Novel by Vladimir Nabokov, A Film by Stanley Kubrick, Paris, Atlande, coll. « Clefs Concours », 2009.

Lara Delage-Toriel et Monica Manolescu (dir), « Kaleidoscopic Nabokov »

ldtmm_kaleidoscopic_nabokov

« Le présent ouvrage est le fruit d’un colloque qui s’est tenu en octobre 2008 à l’Université de Strasbourg et qui était consacré à l’oeuvre de l’écrivain russo-américain Vladimir Nabokov, considérée sous le signe du kaléidoscope. Cet instrument d’optique, objet ludique et ingénieux de surcroît, représente bien l’oeuvre de l’éminent écrivain, dont la beauté bigarrée ne cesse de faire miroiter le sens par le truchement vertigineux, virtuose et inventif de ses combinaisons formelles. L’image du kaléidoscope est également emblématique de la critique qu’il suscite, et les spécialistes français dont les perspectives sont réunies ici témoignent du foisonnement de pensées que cette oeuvre amène à projeter sur elle, tant chez les comparatistes que chez les anglicistes ou les slavisants. L’oeuvre qui continue de mobiliser le plus de réflexions est bien sûr Lolita, qui, à l’image de la place qu’elle occupe dans l’oeuvre et la vie de Nabokov, constitue le motif central de ce kaléidoscope. Pour autant, cette pièce maîtresse n’éclipse pas les autres textes de l’auteur, dont La Méprise, Ada, Pnin ou Speak, Memory, qui font également l’objet d’études détaillées dans ce recueil. Les essais réunis ici sont le témoignage d’une recherche dynamique et exigeante qui profitera tout particulièrement aux étudiants et aux chercheurs, mais aussi à toute personne souhaitant mieux connaître un auteur majeur du XXe siècle dont l’oeuvre novatrice et le singulier destin se situent à la croisée des cultures russe, européenne et américaine. »

Delage-toriel, Lara, et Manolescu, Monica (dir.), Kaleidoscopic Nabokov. Perspectives françaises, Paris, Michel Houdiard, 2009.

Lara Delage-Toriel, « Lolita de Vladimir Nabokov et de Stanley Kubrick »

ldt_lolita_devn

« Aux côtés de Roméo et Juliette, de Dr. Jekyll et Mr. Hyde, de Carmen, Don Juan et Don Quichotte, Lolita est aujourd’hui une figure mythique dont la renommée a voyagé par-delà les frontières de la littérature pour embrasser non seulement les autres arts, mais également l’ensemble de notre paysage culturel, de l’Amérique à l’Asie. Si le roman, d’abord paru en France en 1955, ainsi que son adaptation cinématographique par Stanley Kubrick en 1962, sont devenus mondialement célèbres, il n’en reste pas moins que Lolita, en tant qu’oeuvre littéraire, demeure difficile d’accès. La présente synthèse se donne pour mission de débrouiller les réseaux complexes tissés par le romancier afin de dégager l’essence de son oeuvre et la mettre à la portée tant de l’étudiant que du lecteur averti. Elle offre également une manière de face-à-face entre les deux Lolita à l’origine du mythe, le roman et sa première adaptation cinématographique par Kubrick. La Lolita de Kubrick ayant quelque peu pâti du dédain de la critique, l’objectif de cette synthèse est aussi de sortir de l’ombre une oeuvre qui mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que parce qu’elle a eu l’audace non seulement de mettre à l’écran un sujet tabou, mais également d’offrir par son propre langage une réponse artistique à la réflexion de Nabokov, en dépit des contraintes morales, financières et techniques qui ont affecté sa production. Certains partis pris dans la constitution de cette synthèse sont motivés par le programme des concours de l’agrégation et du CAPES d’anglais. Ainsi, une section en anglais, `Significant Moments’, offre des analyses approfondies de passages clefs du roman, constituant de ce fait un support utile à l’entraînement à l’épreuve de commentaire. »

Delage-Toriel, Lara, Lolita de Vladimir Nabokov et Stanley Kubrick, Paris, Editions du Temps, 2009.